Objectifs de la Charte

Objectifs 

Cette Charte a été écrite pour réunir acteurs politiques et économiques majeurs autour d'une résolution simple : que le Handicap ne soit plus une promesse électorale pour sombrer aux oubliettes une fois l'élection passée ou pire être l'enjeu de guerres intestines entre associations pour que LEUR handicap au détriment de celui du voisin soit reconnu ! Ce dont l'appareil d'État se délecte car ça lui permet d'entretenir le diviser pour mieux régner, ne pas entreprendre les chantiers qui concrètement seraient pertinents, tout en communicant sur « Nous avons essayé mais vous voyez c'est trop compliqué ! »

Le fil conducteur de la Charte est de montrer par des exemples concrets et factuels que le Handicap n'est pas une CHARGE pour l'Économe et la Société mais une FORCE Économique et Sociétale !

Cette Charte a pour vocation de rompre autant que faire se peut avec l'isolement que fait subir le Handicap, la maladie, en évinçant notamment l'ignorance par l'information !

Les préjugés naissent de l'ignorance et la peur, les préjugés blessent, marquent à vie pour autant sans l'information comment ne pas être ignorant, comment de ne pas avoir peur donc comment ne pas avoir de préjugés et comment alors ne pas blesser ?

Cette Charte espère rompre un cercle infernal et destructeur pour co-construire un cercle vertueux et moins néfaste au travers d'une Volonté Nationale et Positive !


Provoquer et pérenniser une vision nouvelle de la prise en charge du handicap en France :


  • Inspirée de l'expérience des principaux acteurs concernés : Personnes en situation de handicap et leur famille ;

  • Alignée sur les grandes avancées scientifiques, technologiques, sociales et modernes ;
  • Orientée sur des modèles de prise en charge performante d'autres pays.


VALORISER L'EXPÉRIENCE DES PRINCIPAUX ACTEURS CONCERNÉS

Méthode de travail

Comment mener à bien un tel projet ?

  En nous rapprochant des grandes associations ? 

Non. Tout simplement car nous n'en n'avons trouvé aucune qui ne soit pas politiquement indépendante, aucune qui représente tous handicap, aucune qui ne soit libérée de toutes subventions.

En contactant les médias ? 

Non. Parce que les médias ne s'intéressent qu'à des coups d'éclat !

En diffusant le contenu de nos travaux ? 

Non. Parce que notre action priorise la collecte d'informations, de questions, d'histoires personnelles, de constats et d'expériences toutes à la fois uniques et collectives. Notre travail sur toutes ces contributions a été d'écrire des mesures à même de répondre à l'ensemble des besoins. Dans ce travail, la communication de notre collecte a révélé des intentions malveillantes de certains acteurs de la communauté du handicap, dont la seule intention est de s'approprier nos travaux en décrédibilisant notre démarche. Expérience malheureusement fréquente dans le milieu associatif. C'est pourquoi, ne souhaitant pas attiser de conflits internes, au contraire, nous ne défendons pas une association ou une personne, nous agissons en prestation spontanée pour l'ensemble des acteurs de la population civile.

Alors, comment mener à bien ce projet ?

Le vécu et l'observation, l'écoute de concitoyens

Parce que nous sommes convaincus que LA source de propositions concrètes qui donnera vie et légitimité à des solutions logiques, puissantes, adaptées et adaptables, ne peut provenir que de l'expérience terrain. Si ces solutions d'expertises terrain sont mises en œuvre, elles répondront à 80% au moins des besoins et attentes.

Le reste devant évoluer en continu, naturellement dans une société réellement inclusive.

D'autre part, notre démarche est en adéquation avec un colloque de la HAS, de novembre 2016, traitant notamment des apports de l'expérience patient et l'intégration du point de vue des patients à la qualité des soins et à l'évaluation en santé.

L'ensemble de nos propositions se trouvent alignées à la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées (1), qui a été adoptée le 13 décembre 2006 au Siège de l'Organisation des Nations Unies à New York et a été ouverte à la signature le 30 mars 2007.



(1)